04/02/2010

La mort tragique de Valéry, 24 ans, sur les quais du RER

 

ycld3nx9


Le jeune employé du «Figaro» a été entraîné sous une rame par un déséquilibré.

Sur les quais du RER C, au cœur de Paris, la mort absurde d'un jeune de 24 ans, entraîné par un déséquilibré sous une rame, à la station Bibliothèque-François-Mitterrand, hante encore l'esprit de bien des usagers, depuis vendredi dernier.

Ce soir-là, vers 20 heures 30, Valéry Kerbouz, que les employés du Figaro croisaient presque tous les matins, à l'entrée du journal, où il assurait la sécurité des locaux, rentrait du travail. Il attendait sagement son train sur le quai, impatient de rejoindre sa compagne enceinte de six mois, à Morangis (Essonne). Soudain, surgi de nulle part, un homme d'une quarantaine d'années le ceinture et l'entraîne avec lui sur les rails, au moment où le train se présente. L'un des deux hommes est tué sur le coup, l'autre n'expirera que vers 3 heures du matin.

L'enregistrement vidéo de la scène ne va révéler qu'un furtif mouvement de foule sur le quai bondé à cette heure, à la veille du week-end. Mais les témoins, aussitôt entendus par la police, sont formels : le quadragénaire a délibérément entraîné Valéry dans son saut suicidaire. Ils ne s'étaient même pas adressé la parole sur le quai. Le chauffeur de la motrice affirme, lui aussi, que Valéry a été projeté sur les rails par un individu qui s'agrippait au cou de sa victime.

«Tous ceux que j'ai vus m'ont immédiatement assuré qu'il ne s'agissait pas d'une bousculade. Selon eux, un homme a volontairement ceinturé quelqu'un au hasard avant de se jeter avec lui sur la voie», assure un journaliste de L'Express, présent sur le quai, ce soir-là. Il décrit la profonde détresse des personnes qui ont assisté, impuissantes, à ce drame, des usagers «en larmes, en état de choc, et pris de tremblements». «Ce qui nous a le plus bouleversés, dit-il, c'est que cet individu s'en est pris à un parfait inconnu».

L'enquête a été confiée au commissariat du XIIIe arrondissement de Paris. Déjà, il apparaît que le meurtrier présumé, Abdel Malik Zeriane, était un déséquilibré, sans domicile fixe, connu pour violence avec arme et antécédents psychiatriques. Il avait même fait l'objet d'un internement d'office entre septembre 2006 et juin 2009 dans un établissement spécialisé de la Porte de Choisy. Pour les policiers, ce phénomène a désormais un nom : les «pousseurs». «Ce sont ces personnes qui poussent sur les voies des gens, souvent choisis au hasard, dans une pulsion morbide» , explique un haut fonctionnaire de la préfecture de police.

D'autres cas de «pousseurs»

Les cas sont rarissimes - «à peine deux à trois affaires par an», confie un commissaire de police -, mais terriblement traumatisants. Il faut bien les distinguer des quelque 180 suicides recensés en une année par la SNCF et la RATP. Être victime d'un «pousseur», c'est se retrouver «au mauvais endroit, au mauvais moment», se désolait hier Ryad, frère aîné du jeune Valéry.

Le 10 avril dernier, un architecte avait été projeté sur les rails du métro et grièvement blessé, à la Défense, par un SDF de 34 ans qui prétendait avoir été insulté, ce que les caméras contredisent. Le 29 juin, à la station Chevaleret, un usager a failli passer sous le métro dans les mêmes circonstances. Son agresseur a été arrêté. Le Figaro est aussi en mesure de révéler que, le 21 janvier, à la station Champs-Élysées-Clémenceau, un autre «pousseur» a été interpellé par un policier hors service. Sa victime était une femme qu'il n'a pas eu le temps de jeter sous le train, mais seulement contre les portes. Ce qui lui a sauvé la vie.

Sur les lignes du RER partiellement en grève, hier, les usagers, entassés sur les quais par manque de train, avaient parfois du mal à se tenir à bonne distance des voies. Beaucoup évoquaient spontanément le drame de Valéry

Jean-Marc Leclerc

 

Toutes mes pensées aux proches de Valéry, j'espère qu'un jour viendra ou cette société nous protégera de ces fous meurtriers qui font d'innocentes victimes pour leur plaisir


15:22 Écrit par Charisma dans Infos Diverses | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/06/2009

Disparition de Tiphaine, 5 ans


714104


Fillette disparue à Maubeuge. L'enquête au point mort

Les recherches sur la disparition de Tiphaine, 5 ans, jeudi à Maubeuge (Nord), se poursuivent ce matin, sans que les enquêteurs n'aient de nouvelles pistes à explorer.

"Il n'y a rien de neuf, on continue à explorer toutes les pistes", a simplement déclaré une source policière.
 
"L'enquête n'a pas progressé depuis samedi", a-t-on ajouté de même source, précisant que les recherches sur le terrain avaient repris ce matin, sans plus de détail.

L'alerte avait été donnée jeudi peu après 16H30 par la mère de la fillette, qui a affirmé que sa fille avait "disparu en l'espace de cinq secondes, à un croisement, dans le centre-ville", non loin des rives de la Sambre.

D'importants moyens ont été immédiatement mis en oeuvre. Un portrait de la fillette a été diffusé localement, des équipes cynophiles ont ratissé le centre de Maubeuge. Des plongeurs ont également sondé la Sambre, en vain pour l'instant.

L'enfant, dont les parents sont séparés, vivait chez sa mère, sans emploi tout comme son compagnon, depuis janvier dernier, mais semble-t-il sans l'accord du père.

Placés en garde à vue, la mère de l'enfant et son concubin ont été auditionnés par la police judiciaire de Lille et leur domicile perquisitionné.

Ils ont été relâchés dans la soirée de vendredi sans qu'aucune charge ne soit retenue contre eux.


 

16:30 Écrit par Charisma dans Infos Diverses | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les cours du CP à la terminale en ligne

 

 

bv00001055576

Les cours du CP à la terminale disponibles gratuitement en ligne


Le ministère de l'Education nationale a ouvert L'Académie en ligne, un site où parents et élèves trouveront tous les programmes scolaires en libre accès.

Fini le prétexte du cahier de vacances oublié pour échapper aux révisions estivales. Cet été, les parents d'élèves du CP à la terminale pourront faire travailler leurs rejetons au moyen de n'importe quelle connexion à Internet. Le ministère de l'Education nationale, par l'intermédiaire du Cned (1), a ouvert ce vendredi un site donnant accès gratuitement aux cours du primaire et du secondaire.

Appelé Académie en ligne, il se limite pour le moment à quelques « cours d'été ». Mais, le 15 septembre prochain, il devrait référencer tous les programmes scolaires. Un outil pratique pour les parents, qui pourront ainsi accéder plus facilement aux parcours suivis par leurs enfants.

Huit matières du cursus de l'enseignement général sont proposées : français, anglais, mathématiques, physique-chimie, histoire-géographie, SES… Les cours sont également classés par niveau, du CP à la terminale (uniquement terminale S).

L'Académie en ligne rassemble de nombreuses fiches (« J'écris un texte au passé », par exemple) mais aussi quelques exercices interactifs plus ludiques, pour l'instant au compte-gouttes. Ci-contre un exercice de géographie de sixième, qui invite à positionner les villes de France sur une carte. Allez, une petite révision ne vous fera pas de mal !


http://www.academie-en-ligne.fr/Default.aspx


 

16:20 Écrit par Charisma dans Infos Diverses | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/06/2009

«Une bombe peut très bien avoir fait exploser l'appareil»

        

dyn005_original_287_158_gif_48114_ce949ae0bff6b543824d936c3e609abd

INTERVIEW : Contacté par lefigaro.fr, un pilote d'Air France estime qu'une panne électrique générale causée par un foudroiement est peu probable

Un Airbus A330 de la compagnie Air France qui assurait la liaison Rio de Janeiro-Paris-Charles-de-Gaulle a disparu au dessus de l'Atlantique lundi matin.

Il transportait 228 personnes, dont 73 passagers français. Sur lefigaro.fr, un pilote d'Air France qui a souhaité garder l'anonymat évoque l'hypothèse d'un attentat ayant provoqué l'explosion de l'avion.

La suite de cet article ICI

J'ai une pensée pour les proches des passagers de cet avion.

 

 

dyn005_original_287_158_gif_48114_ce949ae0bff6b543824d936c3e609abd

 

 

22:00 Écrit par Charisma dans Infos Diverses | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/05/2007

Réchauffement climatique: L'avis du Dalaï Lama

 

 

le-dala--lama-le-8-septembre-2006--vancouver

 

Réchauffement climatique: le Dalaï Lama

critique les Etats-Unis et la Chine

 BERLIN (AFP) - Le Dalaï Lama, chef

spirituel du bouddhisme tibétain, a

critiqué la Chine et les Etats-Unis qui

placent, selon lui, "leurs intérêts

nationaux devant la protection de

l'environnement", dans un entretien

à la presse allemande paru mardi.

 

"Les Etats-Unis et la Chine placent

leurs intérêts nationaux souvent devant

l'environnement. C'est une vision étriquée

parce qu'ils font partie du monde et

qu'ils pâtiront aussi des conséquences

du réchauffement climatique", a-t-il

déclaré au quotidien populaire Bild.

"Détruire l'environnement équivaut à un

suicide", a-t-il ajouté, estimant qu'"il

n'est pas encore trop tard bien qu'ils

soit déjà très tard" pour agir.

Soulignant l'importance des "chercheurs",

il ajoute "nous devons porter beaucoup

plus attention à leurs prévisions et

leurs estimations". Et il appelle les

grandes entreprises à "davantage réfléchir

aux conséquences de leurs activités sur

l'environnement".

Le Dalaï Lama, 71 ans, doit recevoir samedi

un prix à Leipzig (est).

Une conférence de l'Onu sur le climat est

réunie depuis lundi à Bonn (ouest de

l'Allemagne) en présence de quelque 200

représentants gouvernementaux et experts du

monde entier pour plancher sur les détails

de la lutte contre le réchauffement

climatique et la stratégie d'ensemble

à adopter.


20:56 Écrit par Charisma dans Infos Diverses | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

01/11/2006

Les auteurs présumés de l'incendie du bus à Marseille arrêtés

 

 

 

 

Bougie%25252525252520Rose%25252525252520Bleue%25252525252520000

 

 

 

Mardi 31 octobre 2006

Les auteurs présumés de l'incendie du bus à Marseille arrêtés

 MARSEILLE (Reuters) - Dominique de Villepin a annoncé que les cinq mineurs interpellés à Marseille étaient "les auteurs présumés" de l'incendie de l'autobus qui a grièvement blessé une jeune femme.

"La priorité, c'est bien l'interpellation : les auteurs présumés ont été arrêtés ce matin à Marseille", a dit le Premier ministre lors de la séance des questions d'actualité à l'Assemblée nationale.

Cinq mineurs ont été interpellés lors d'une opération de police dans deux cités du nord de la ville, où s'est produite samedi soir l'agression.

"Trois d'entre eux ont à peine plus de 17 ans, deux d'entre eux ont à peine plus de 15 ans", a précisé à l'Assemblée Christian Estrosi, ministre délégué à l'Aménagement du territoire.

"Nous veillerons à ce que les poursuites engagées soient sans faiblesse et qu'il y ait des sanctions appropriées à leur égard", a-t-il ajouté, répondant à la place du ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, en déplacement au Maroc.

Dominique de Villepin avait relayé lundi l'appel à témoins lancé dimanche par le parquet, précisant que les personnes ayant assisté à l'agression pourraient se présenter sous 'X'.

Le procureur de la République de Marseille, Jacques Beaume, a déclaré que les enquêteurs travaillaient sur la qualification d'incendie volontaire ayant entraîné soit des incapacités de travail, soit une infirmité permanente."C'est un crime. La loi prévoit trente années de réclusion criminelle pour de tels faits", a-t-il dit à la presse.

"UN CHOC TERRIBLE"

L'opération de police a débuté peu après 06h00 dans plusieurs immeubles de la cité des Oliviers, située à quelques centaines de mètres du rond-point où le bus de la RTM a été incendié, a constaté un journaliste de Reuters sur place. Elle s'est poursuivie dans la cité des Lilas, voisine.

Une cinquantaine de policiers et de membres de la Brigade anti-criminalité (BAC) ont fouillé plusieurs appartements de la cité pendant trente minutes avant de quitter les lieux avec deux jeunes gens menottés, le visage caché par les capuches de leurs sweat-shirts. Une étudiante en médecine de 26 ans, Mama Galledou, a été brûlée à 60% lors de l'attaque.

Placée sous respiration artificielle, elle luttait toujours mardi pour sa vie bien qu'elle ait passé le cap difficile des premières 36 heures, selon le professeur Jean-Claude Manelli, qui la soigne à l'hôpital de la Conception.

Près de 250 personnes se sont rassemblées en fin de matinée à la faculté Saint-Jérôme de Marseille, où Mama Galledou étudiait, afin d'exprimer leur soutien à la jeune femme, titulaire d'un "Master" professionnel en nutrition.

"C'est un choc terrible pour nous", a déclaré Ahmed Charaï, doyen de la faculté des sciences de Saint-Jérôme.

"Avant d'être une étudiante, Mama Galledou était d'abord une jeune fille de notre quartier. Nos effectifs sont composés à 50% d'étudiants venant des arrondissements environnants, des cités souvent difficiles. Au coeur de cette zone, notre université est l'un des rares symboles de l'ascenseur social", souligne-t-il dans Le Figaro.

Le père de Mama Galledou, qui est chimiste au Sénégal, est arrivé de Dakar pour se rendre à son chevet en compagnie d'autres membres de la famille.

 

Source de l'article

http://fr.news.yahoo.com/

 


16:23 Écrit par Charisma dans Infos Diverses | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/10/2006

Des blogueurs rémunérés pour faire de la publicité

 

 

Vig-Rose3

 

Des blogueurs rémunérés pour faire de la publicité

 

L'américain Payperpost vient de lever 3 millions de dollars. Il rétribue les créateurs de blogs pour écrire des billets positifs sur des sociétés en quête de publicité.

Les blogs seraient-il en passe de devenir le 5 eme pouvoir ? Hommes politiques ou annonceurs en quête de publicité et maintenant financiers semblent le penser. Payperpost, une société américaine qui paye les blogueurs pour écrire des billets positifs sur ses clients, vient de lever 3 millions de dollars. Les capital-risqueurs Inflexion Ventures, Villages Ventures et Draper Fischer Jurvetson ont été séduits par son modèle économique peu ordinaire.

Tout comme sa maison mère, l'agence de communication Mindset, Payperpost est rémunéré par les annonceurs pour créer du buzz autour de leur marque sur la Toile mondiale. Plutôt que de faire une classique campagne, la société utilise les forces vives des blogueurs, qu'elle paye à son tour. Un système tout bénéfice pour ces derniers: «Vous construisez du trafic, gagnez des places dans le classement de moteurs de recherche [qui dépend en partie du nombre de sites ou de liens qui pointent vers une URL, NDLR], syndiquez du contenu, etc»

Pour être rétribué, le chroniqueur doit au préalable s'inscrire sur le site. Une fois sa demande validée, il a accès à un panel de propositions éditoriales. Elles lui présentent le thème imposé, ainsi que l'argent qu'il peut espérer toucher pour sa contribution. Il peut, par exemple, pour 4 dollars disserter sur les téléphones dotés de caméras ou bien sur le charme touristique de Londres pour 2,50 dollars. Les annonceurs ont la possibilité de guider la prose des blogueurs en spécifiant quels types d'informations ils souhaitent trouver. Enfin, chaque billet est soumis et validé par Payperpost. La société limite le nombre de posts rétribués par inscrit à trois par jour.


Le culte du secret

Difficile de savoir combien de blogueurs ont succombé au phénomène depuis la création du service en juillet dernier. Tout comme de connaître le nom des clients de la société. Ou encore d'obtenir le prix d'une telle campagne pour les annonceurs.

Certains accusent Payperpost de pervertir la blogosphère. Pour Christophe Grébert, blogueur et créateur de monputeaux.com, le risque est minime: «Quand quelqu'un blogue sur Internet et qu'il arrive à obtenir une certaine audience c'est parce qu'il a de la crédibilité auprès d'une communauté. Cette confiance est longue à gagner. Si l'on découvre qu'il poste des billets pour de l'argent, l'écho négatif sur le Web serait tel qu'il perdrait toute audience. Les blogueurs qui ont acquis une certaine renommée ne sont pas prêts à prendre un tel risque»

 


23:43 Écrit par Charisma dans Infos Diverses | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |