23/06/2009

L'eau du robinet mal filtrée déconseillée en cas de cancer

 

 BV07E6~1111142


Un collectif de spécialistes lance mardi une campagne de sensibilisation sur les méfaits sur la santé des personnes fragiles d'une eau parfois trop chargée en nitrates et en pesticides. Les explications de David Servan-Schreiber.
 
Attention aux effets sur votre santé de l'eau du robinet dans les zones polluées. Le docteur David Servan-Schreiber, soutenu par un comité* d'épidémiologistes, d'oncologues et de l'association WWF, lance mardi une campagne de sensibilisation sur la qualité de l'eau mal filtrée en France et qui arrive parfois jusqu'aux robinets des Français. Car, si cette eau est «en moyenne de bonne qualité» reconnait le collectif [à 92% environ, ndlr], certaines rivières de France comptent toujours des taux trop élevés de composés chimiques, notamment dans certaines régions agricoles. Des produits chimiques nuisibles aux personnes dites fragiles, et plus particulièrement pour celles atteintes d'un cancer.

«En 2007, 5,1 millions de personnes en France ont été exposé à des taux de nitrate trop élevés», rapporte au figaro.fr le docteur David Servan-Schreiber, à l'origine de la campagne. Et les études scientifiques montrent déjà depuis plusieurs années qu'un taux trop important de nitrates dans l'eau consommée augmente le risque de cancer. «Dans certaines eaux, on retrouve également des taux élevés de pesticides et de résidus médicamenteux», développe le docteur. «Ces deux substances sont des perturbateurs endocriniens qui peuvent contribuer à une évolution de la maladie. Pour preuve, elles contribuent au changement de sexe des poissons dans les rivières trop polluées», argumente-t-il.

Des filtres ou de l'eau minérale

David Servan-Schreiber revient également sur le «phénomène nouveau» des résidus médicamenteux que l'on retrouve dans certaines rivières, notamment les cours d'eau qui se trouvent près des hôpitaux : «il s'agit des urines des gens», explique-t-il. «C'est un problème nouveau auquel la France est encore plus exposée que le reste du monde, notre pays étant le principal pays en terme de consommation des médicaments», développe-t-il. Résultat, ces composés ne sont pas encore très bien filtrés partout sur le territoire, estime le collectif. De plus, précise David Servan-Schreiber, «personne ne sait quel peut être l'effet du mélange de tous ces médicaments», car, dans l'eau, on peut aussi bien retrouver des «traces de prozac que des anti-cancéreux ou encore des pilules contraceptives», développe-t-il.

«Il ne s'agit pas d'être alarmiste», explique au figaro.fr Bernard Cressens, directeur scientifique de WWF. «Notre message est de dire aux gens : renseignez vous auprès de votre mairie, demandez les analyses d'eau de votre commune. Si votre eau est bonne, alors aucun souci. En revanche, si cela n'est pas le cas, et que vous êtes une personne dite fragile, équipez-vous en conséquence». En cas de pollution, le collectif préconise de se munir de filtres (en carafe ou directement fixé sur le robinet) où de bouteilles d'eau minérale, dont la pureté est très contrôlée.

Source de cet article ICI

22:00 Écrit par Charisma dans Santé | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.