01/11/2006

Mort subite du nourrisson: une anomalie cérébrale,

 

Mort subite du nourrisson: une anomalie cérébrale, selon une étude

ange130

 

CHICAGO (AP) - Une étude réalisée sur un nombre restreint de cas de mort subite du nourrisson (MSN) apporte les éléments les plus solides à ce jour étayant la thèse d'une anomalie cérébrale à l'origine de ce phénomène encore assez mystérieux.

"Cela devrait déculpabiliser les parents qui ont perdu un bébé et se demandent toujours 'qu'ai-je fait de mal?' Maintenant, ils doivent comprendre que leur bébé avait une maladie", explique Marian Willinger, spécialiste de la mort subite du nourrisson à l'Institut national (américain) de la santé de l'enfant et du développement humain (NICHD), qui a financé l'étude publiée mercredi dans le "Journal of the American Medical Association".

Les chercheurs ont étudié les tissus cérébraux autopsiés de 31 bébés victimes de MSN et 10 nourrissons décédés d'autre chose. Or chez les premiers, le nombre de cellules nerveuses présentant des problèmes de diffusion de la sérotonine était double de celui du deuxième groupe.

Il semble en effet que l'anomalie du tronc cérébral, situé à la base du cerveau, relevée par les chercheurs porte sur un déséquilibre dans la façon dont le cerveau utilise la sérotonine, un neurotransmetteur (substance chimique) intervenant dans la régulation de lhumeur, la température du corps et la respiration. Il semble que chez les bébés "fragiles", ces fonctions se dérèglent lors de l'exposition à certains risques, comme de dormir sur le ventre.

Alors qu'actuellement ces anomalies ne peuvent être détectées qu'après la mort, les chercheurs espèrent que leurs travaux pourront aboutir à la mise au point d'un test d'identification des enfants plus particulièrement à risque pour permettre aux parents de prendre des précautions supplémentaires.

Cela prendra probablement au moins dix ans mais les résultats de l'étude montrent que la recherche se trouve sur la bonne voie, estime le Dr Hannah Kinney, co-auteur et chercheuse renommée sur la MSN à l'Hôpital pour enfants de Boston. Elle estime que l'anomalie concernant la sérotonine cause sans doute au moins la moitié des cas de mort subite du nourrisson.

D'autres théories sur la MSN explorent l'hypothèse d'infections et de mutations à l'origine d'anomalies du rythme cardiaque mais il est possible que le problème de sérotonine soit la véritable cause des cas de MSN attribués à ces autres défauts, souligne le Dr Debra Ellyn Weese-Mayer, chercheuse spécialiste de la MSN au Centre médical universitaire de l'Université Rush de Chicago, sans lien avec l'enquête. Et d'ajouter que l'étude rendue publique mercredi, pour réduite que soit l'échantillon, est convaincante.

La mort subite du nourrisson est le premier facteur de décès des enfants de moins d'un an en France (345 sur 523 en 2005, selon le Quid) et cause plus de 2.000 décès par an aux Etats-Unis, où c'est également la première cause de décès, comme dans la plupart des pays occidentaux.

Les garçons sont environ deux fois plus susceptibles d'en être victimes que les filles et les anomalies de sérotonine étaient plus fréquents chez les bébés masculins de l'échantillon étudié. Les chercheurs ont noté aussi que 28 des 31 bébés (90%) avaient été exposés à des risques vers l'époque de leur décès, notamment des infections respiratoires et le sommeil sur l'estomac ou le côté pour les deux tiers d'entre eux.

Une campagne de sensibilisation des parents pour les inciter à faire dormir le bébé sur le dos a considérablement réduit le nombre de morts subites du nourrisson. AP


 

16:37 Écrit par Charisma dans Santé | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.